Retour page d'accueil 

 La Création et l’Évolution

    1) de 1956 à 1970:


En 1956, à l’initiative de Marcel BRUEL, conseiller municipal de SALVAGNAC-ST-LOUP, Paul CLAUZEL, Maire de LOUPIAC, Marius ROQUES, Maire de FOISSAC, il est demandé à Monsieur AYMERIC, Ingénieur en chef du Génie Rural, d’établir un projet d’alimentation en eau potable des habitants des trois communes. L’aide et l’appui du Conseiller Général du canton de CAPDENAC-GARE, Paulin MAZARS a été également sollicité.
En janvier 1957, un plan d’ensemble, dressé par les services du Génie Rural en date du 8 Octobre 1956, mentionne « un emplacement favorable pour le creusement d’un puits a été déterminé par notre service et Monsieur CASTERAS, professeur de géologie à la Faculté des Sciences de TOULOUSE, situé à 300 mètres environ à l’amont du confluent Diège-Lot, approximativement à égale distance, 60 mètres environ de chacune d’elles. Cette solution semble offrir la possibilité d’étendre la desserte à des villages voisins et d’interconnecter plusieurs réseaux.
Le syndicat aura pour but l’étude du projet et la réalisation effective des travaux faisant l’objet de ce programme, ainsi que l’examen des possibilités d’étendre l’alimentation en eau sur certains territoires avoisinants.

Le Comité syndical sera composé de deux délégués élus par chaque conseil municipal et éventuellement de deux conseillers généraux désignés par le Conseil Général.
Le siège du Syndicat est fixé à la Mairie de LOUPIAC. Il confie la direction du projet au service du Génie Rural et l’étude et la maîtrise d’œuvre au Cabinet MERLIN.
En 1958, un puits est creusé au confluant de la Diège et du Lot, sur la commune de Capdenac-Gare. Un premier essai de pompage est effectué par les pompiers en juillet 1960. Un deuxième essai, réalisé par l’entreprise CAPRARO en octobre 1962, assure un débit de 50 m3/heure avec stabilisation d’une nappe d’eau de 70 cm. 


Le 20 juin 1959, décès de Paul CLAUZEL.

Monsieur  Marius ROQUES, Maire de FOISSAC, devient Président du Syndicat.
Le 26 novembre 1959, le Syndicat du Haut-Quercy accepte l’adhésion des communes de : AMBEYRAC(en partie), BALAGUIER d’OLT, LA CAPELLE-BALAGUIER, MONTSALES, OLS ET RINHODES, SAINTE-CROIX, SALVAGNAC-CAJARC(en partie), SAUJAC (en partie).
Il prend le nom de « SYNDICAT INTERCOMMUNAL d’ALIMENTATION EN EAU POTABLE de FOISSAC » et transfère son siège à la Mairie de FOISSAC.
En 1962, la commune de VILLENEUVE sollicite son adhésion pour assurer la desserte de la partie ouest de sa zone rurale.

En 1963, un poste de secrétariat est créé. Mme MURATET Ginette occupera ce poste jusqu’à sa retraite bien méritée en 1989.

En 1965, Mr MURATET René viendra occupé un poste de fontainier pour le relevé de compteur et l'entretien du réseau à temps partiel puis à temps complet en 1966.

En 1967, le SIAEP équipe le secrétariat d'une machine à écrire.


    2) de 1970 à 1980:

A partir du 1er janvier 1972, un contrat de prestation de service est passé avec la S.D.E.I. (Société de Distribution d’Eaux Intercommunales) pour l’exploitation du service de distribution d’eau potable avec rémunération sur l’eau produite et Mr MURATET est repris par la SDEI jusqu'en 1982.
En raison de la baisse du niveau dans le puits principal durant l’été 1972, les services du Génie Rural proposent de réaliser une conduite d’interconnexion avec le Syndicat de Montbazens, entre le réservoir du Fraysse à Maleville et le réservoir de Balard pour une fourniture journalière de 460m3/j.

En 1973, demande de VAILHOURLES pour desserte du Juge et Espinassière et demande de CAPDENAC pour desserte de Lagarrigue et le Malpas.

En 1974, Monsieur Raymond COUSY est élu Président du Syndicat.

La commune de NAUSSAC demande son adhésion au SIAEP. Elle sera effective à partir d’octobre 1975.
Le mélange des eaux du Syndicat de Montbazens améliore la qualité des eaux, il n’est pas donné suite à la mise en place d’un adoucisseur.
En 1977, une convention est passée avec la commune de SALLES-COURBATIERS pour desserte de la Viguerie.
Au cours de l’exécution de la 23ème tranche de travaux,  pose de pièces de raccord défectueuses par l’entreprise CAPRARO, leur remplacement sera pris en charge par le fournisseur.

Demande d’adhésion du bourg de SALVAGNAC-CAJARC en 1978, elle sera rendue effective au 1er juillet 1985.

En raison des difficultés d’approvisionnement en eau en juillet et août 1978 (des abonnés de La Capelle n’ayant pas vu couler l’eau au robinet pendant une semaine), il est demandé aux services techniques une étude pour renforcement de la ressource. Dans un premier temps, il sera construit un réservoir de 500 m3 à Balard.

Le Syndicat a 2100 abonnés, la consommation annuelle est passée  de 113 000 m3 en 1975 à  235 000 m3 en 1979.
Il faudra trouver de nouvelles ressources, un deuxième puits à Saint-Julien et un renforcement de la station de pompage à 1900 m3/jour doit être envisagé.

    3) de 1980 à 1990:
A compter du 1er janvier 1982, le comité syndical décide l’exploitation en régie directe du service de distribution d’eau potable ; il est décidé de l’envoi d’une lettre aux abonnés pour expliquer l’augmentation du prix de l’eau. 
La création de la régie directe nécessite la création d’un poste d’agent auxiliaire à mi-temps et l’équipement de détecteur de fuites, mobilier, voiture R4 et agencement.

Le contrat avec la SDEI ne sera plus renouvelé.

Mr CALMELS Urbain rejoindra Mr MURATET pour l'entretien de l'Adduction d'Eau Potable (A.E.P.).

La décision est prise d’accepter le raccordement du Bourg de SALVAGNAC-CAJARC. Dans cette perspective, il est décidé de construire un réservoir de 300 m3 au Causse de Salvagnac-Cajarc et d’assurer l’exploitation du réseau.

Monsieur BRAULT, percepteur à Capdenac, devient receveur du Syndicat. Il va nous  accompagner et nous conseiller utilement pour la mise en place de la régie directe.

En mai 1983, Maurice MURATET, en congé longue maladie, sera remplacé par Urbain CALMELS, qui passe à 34 heures hebdomadaires.

Et le poste de Mr CALMELS sera dés lors occupé par Mr BOUISSAC Francois.

Mme ISSALIS Jacqueline est embauchée à temps partiel en 1984 pour subvenir à la surchage de travail au secretariat et à la comptabilité, elle sera titularisée en 1989 lors du depart de Mme MURATET.

En mai 1984, Monsieur ESCOUROUX,  ingénieur du Génie rural, propose l’étude d’une nouvelle ressource : pompage dans le Lot à Ambeyrac, une station de traitement hors zone inondable, refoulement de 11 km vers Balard. Cette solution permettrait d’assurer la desserte du SIAEP de Foissac, du SIAEP de Vailhourles, une partie de Montbazens-Rignac et Villefranche de Rouergue. L’estimation s’élève à 35.4 millions de francs. Après une prise de contact avec le député Jean RIGAL et un temps de réflexion, il n’est pas donné suite au projet. Le comité charge la D.D.A. d’effectuer des études pour rechercher de nouveaux points d’approvisionnement.
En 1985, il est décidé l’installation de la mise en place d’un réseau de télésurveillance ainsi que l’équipement de radio-téléphone sur véhicule.

Les premiers renforcements du réseau sont décidés pour permettre à 6 communes d’assurer la construction de maisons neuves.

Mr MURATET nous quittera en 1986 des suites de sa maladie.

Après une entrevue avec les responsables du Syndicat de Montbazens-Rignac qui ne peuvent en l’état actuel prendre l’engagement d’augmenter la fourniture d’eau,  une campagne de forage sur le Causse en vue de la recherche de nouvelles ressources sera mise en place en 1986. Trois sites seront retenus sur proposition du BRGM (Bureau de Recherches Géologiques et Minières) : le Rey à Villeneuve, la Jardinie à Naussac, le Fil de Laine à Salles-Courbatiers.
L’ensemble de ces recherches s’étant avérées négatives, il est décidé d’une étude hydrogéologique des alluvions entre la Diège et le Lot.

En 1987, Mr CALMELS fera valoir ses droits a la retraite et sera remplacé par Mr CAYLA Joël.

A l’automne 1987, deux forages sont réalisés en période d’étiage de la Diège. Monsieur BEL, hydrogéologue du BRGM, qui a suivi les travaux, informe le 27 novembre 1987 le Comité syndical des bons résultats obtenus.

 « L’eau est d’excellente qualité chimique et naturellement potable, elle peut être distribuée sans traitement physico-chimique à l’exception de la chloration. Elle ne contient pas de métaux lourds (cadmium, zinc, etc…)

Les deux forages situés dans le périmètre éloigné du puits, il restera à définir par un géologue agréé le périmètre immédiat. »
Le Cabinet MERLIN ayant chiffré les travaux d’augmentation de la ressource en eau et l’équipement pour mise en exploitation des deux forages et du renforcement de la station de pompage. Le comité syndical se prononce favorablement pour la réalisation la plus rapide possible, la rendant opérationnelle pour juin 1988.
En mai 1988, est prise la décision de mettre en place le périmètre de protection et l’accord de principe pour l’adhésion du bourg de SAUJAC, éventuellement au 1er juillet 1989. En décembre 1988, les travaux de renforcement sont pratiquement terminés, les pompes de 110 m3/heure sont en place.
Le 25 avril 1989, après visite des installations par le Comité syndical, a lieu un pot de départ à la retraite et remise d’un cadeau à Madame MURATET, secrétaire.

Le Syndicat décide d’acheter un fourgon atelier et de s'équiper en informatique.
La Mairie de Foissac attribue un bureau au SIAEP.
En raison de l’étiage sévère et de longue durée de 1988, renouvelé en 1989, il est décidé en juillet 1989 de réalimenter la Diège avec des eaux du Lot par création d’un barrage provisoire dans le lit de la Diège, qui soulève des protestations de la Société de pêche. Malgré les bons résultats obtenus, la procédure ne sera pas poursuivie.
La CADAUMA n’étant pas en mesure de traiter la facturation de l’eau en 1990, décision est prise d’équiper le Syndicat en informatique. Il est décidé d’adhérer à A.GE.D.I. (Agence de Gestion et de Développement Informatique) dont le siège est à Naucelles (Cantal). C’est la seule structure qui a accepté de concevoir et mettre en place un logiciel pour la facturation de l’eau.
En mars 1990, le Comité décide d’une réalimentation provisoire autour du puits principal pour la période d’étiage et demande une étude pour la réalisation de bassins d’infiltration.

    4) de 1990 à 2000:

La première mini-pelle sera achetée en 1991.
En avril 1994, après études de plusieurs propositions :
                        -réalimentation de nappe avec décanteur
                        -alimentation gravitaire de la Diège par l’eau du Lot (150 m3/h)
                        -production de l’eau à partir de l’eau du Lot traitée par membranes d’ultrafiltration,

Il est décidé de la mise en place de bassins d’infiltration autour du forage F3.
En février 1994, une réunion a  lieu à la Mairie de CAPDENAC, pour informer les propriétaires concernés par le périmètre de protection rapprochée
Le service des Domaines a évalué le montant des indemnités éventuelles à 10 % de la valeur des terres.
Un premier dossier de mise en place des périmètres de protection du champ captant de St Julien d'Empare est déposé en sous-préfecture afin de lancer la déclaration d'utilité publique.
La décision est prise de construire un local dépôt sur un terrain cédé pour le franc symbolique par la Mairie de MONTSALES au lieu-dit « Moa ».
A la demande de Monsieur CODIS, ingénieur de la MISE (Mission Inter-Service de l’Eau), le syndicat devient maître d’ouvrage relais pour l’étude sur l’état et les évolutions des besoins d’eau dans la vallée de la Diège, dans l’attente de la création d’un Syndicat mixte.

En 1995, un poste d'agent temporaire est crée pour le relevé de compteur, Mr DUMAS Marc occupera ce poste pendants 5 ans.

En 1996, le SIAEP adhère au Syndicat mixte de la Diège, désigne comme délégué Monsieur COUSY Raymond et VIGUIE Georges.
En mars 1996, le Comité syndical décide l’extension de ses compétences et la modification de ses statuts pour conduire une réflexion sur l’assainissement dans les communes membres. L’étude du schéma intercommunal d’assainissement évaluée à 450000 F nécessitera une part d’autofinancement de 135000 F, débutera au printemps 1997 et sera confiée au Cabinet GEOTHERMA.
En juin 1997, il est décidé des travaux de renforcement du réseau pour rendre effective l’adhésion de la totalité de la Commune de SAUJAC au 1er juillet 1998 à répartir sur trois ans /
            -1ère phase : raccordement réseau de Saujac
            -2ème phase : renforcement conduite Ø 150 en Ø 200 entre embranchement de Loupiac et Foissac
            -3ème phase : renforcement à Estrabols et doublement de la conduite du Teil à Cassanus.
En décembre 1997, il est porté à la connaissance du Comité syndical la proposition du Syndicat Mixte de la Diège : pour maintenir un débit de 200 litres/seconde dans le cours de la Diège, il faut construire un réservoir de 2 à 3 millions de m3.
En août 1998, une convention est passée avec ATD 12 (Assistance Technique Départementale)  pour la mise en place du périmètre de protection.

Au vu des nouvelles procédures de mise en place des PP, des compléments de dossier retarderont le projet.
Désormais les branchements d’eau seront réalisés par le personnel du Syndicat.

    1) de 2000 à Aujourd’hui :
Suite à l’étude du schéma d’assainissement, un rapport a été remis à chaque commune qui doit définir son zonage définitif et le mettre à l’enquête publique avec l’aide des différents services (DDA, DDE, Agence de l’eau, DDASS). Par la suite les communes pourront déléguer au Syndicat la prise en charge du contrôle de l’existant et de conseil concernant l’assainissement autonome.

En 2001, afin de faire avancer la création d'un SPANC, un emploi jeune est créé, cofinancé par l'Agence de l'eau.
Melle MINATI Céline intégré le SIAEP qui s'équipe de nouveaux ordinateurs et d'imprimantes.

Au vu de la surcharge de travail et la remise à jour des plans du SIAEP, un troisième poste de fontainier est approuvé et Mr DUMAS Marc complétera notre effectif.
En novembre 2001, suite à la demande d’adhésion de la commune de SALLES-COURBATIERS au SIAEP, le Comité se prononce favorablement ; elle pourrait intervenir au 1er juillet 2002.
En octobre 2002, accord est donné pour une étude de faisabilité de renforcement de la ressource en eau sur le site entre le Lot et la Diège sur des terrains appartenant au Syndicat.

En octobre 2003, suite au compte rendu de l’étude pour le renforcement de la ressource, il est retenu la solution  proposée par Monsieur TRONEL du Cabinet BURGEAP :
            -réalisation d’un forage d’essai approfondi
            -réalimentation de la Diège par l’eau du Lot
            -étude détaillée des solutions préconisées avec simulation hydrogéologique.
           
L’ensemble des travaux sera réalisé en 2004.

     En Décembre 2003, le champ captant subis les inondations du Lot et de La Diége. La commune de Capdenac se retrouve sans Eau Potable, une distribution d'eau en bouteille est mise en place sur la place du 14 Juillet.
      Le SIAEP de Foissac grâce à l'interconnexion avec le SIAEP Montbazens-Rignac et à la capacité de certains réservoirs continue à alimenter ses abonnés.
      Le nettoyage des exhaures prendra une semaine pour les deux collectivités.

La  réalimentation de la Diège sera poursuivie les années suivantes durant la période d’étiage, de juin à septembre.
En décembre 2004, après le passage d’un sourcier sur le site de St-Julien d’Empare, deux ou trois zones ont été déterminées où il pourrait se trouver de l’eau.
Après une entrevue avec la C.E.O. (Compagnie des Eaux et de l’Ozone) et la Mairie de CAPDENAC, la C.E.O. va étudier les possibilités de fourniture d’eau en période d’étiage.

Mlle VERGES (Ingénieur de la DDAF) pense qu’il faut privilégier une réalimentation de nappe et faire un sondage de reconnaissance supplémentaire dans les terrains propriété du Syndicat.
Le 10 mars 2005, le Comité syndical s’est réuni à la Mairie de SAINTE-CROIX. L’objet de la rencontre est d’essayer de voir les moyens dont nous disposons pour finaliser l’étude du schéma d'assainissement et comment pérenniser l’emploi jeune de Céline MINATI. Les services administratifs de l’Etat et du département nous ont rejoint pour participer à la réflexion et nous aider à définir nos orientations. Il est envisagé de modifier les statuts.
Lors de la réunion du 27 juillet 2005, qui s’est tenue à la Mairie de SALVAGNAC-CAJARC, le projet de modification des statuts est présenté par Mlle VERGES.
Ils seront adoptés le 14 novembre 2005 ; le Syndicat devient « SYNDICAT INTERCOMMUNAL DES EAUX DE FOISSAC » et assure, en plus, la compétence assainissement non collectif (SPANC).
La technicienne, Céline MINATI, nous a présenté le travail complémentaire réalisé auprès de trois communes et à partir de la réalisation d’un assainissement regroupé de 12 maisons, la discussion s’engage. Grâce aux précisions apportées par Mlle VERGES de la DDAF (Direction Départementale de l’Agriculture et de la Forêt), Mme DAREY et M. LECLERC de la D.D.E. (Direction Départementale de l’Equipement), M. MARTEAU du SATESE  (Service d’Assistance Technique et d’Etude aux Stations d’Epuration) et l’accompagnement que pourrait nous apporter leurs divers services :
Le SIAEP va entamer la procédure de modification de ses statuts pour acquérir la compétence assainissement non collectif lui permettant la création d’un service assainissement autonome individuel
Melle Céline MINATI qui dispose du système cadastral informatique travaillera avec chacune des collectivités adhérentes, à la mise en place du schéma communal d’assainissement  avec l’aide de l’administration, elle réalisera le dossier de mise à l’enquête.
En 2005, les travaux de raccordement du château d’eau de Salles-Courbatiers au réseau du SIEF permettront d’alimenter les abonnés de la commune en période de turbidité de la source de la Diège dans l'attente de l'abandon total de cette ressource.

En 2006, Melle MINATI est embauchée à temps complet pour s'occuper de la mise en place du SPANC.
En juin 2006, suite à un appel d’offres, la Société CALLIGEE est retenue pour l’étude préalable au périmètre de protection.
En octobre 2006, le comité syndical désigne comme maître d’ouvrage le Syndicat de Montbazens-Rignac pour l’étude de nouvelles ressources Centre Ouest du département et approuve le projet de convention.
En décembre 2006, le Comité syndical décide la mise en place à compter du 1er janvier 2007 d’un Service Public Assainissement Non-Collectif (SPANC) et la création des régies autonomes pour les services EAU et ASSAINISSEMENT.

Mme ISSALIS passe à temps complet.
Après consultation de trois entreprises, il est décidé de confier au Cabinet BURGEAP la réalisation d’un forage d’exploitation à proximité du forage de reconnaissance.

En 2007, suite au manque d'eau dans divers syndicats d'AEP du département, la DDA et divers SIAEP décident de crée un comité de pilotage pour l'étude d'une ressource départementale unique pour l'ensemble des collectivités en crise. Le projet se finalisera en Janvier 2010 sans solution opportune et reprendra fin 2010. Le SIEF adherera sur l'ensemble du projet.
En mai 2007, le Comité syndical décide d’acheter un terrain à la Commune de FOISSAC de 9385 m² au lieu-dit « le Garric » pour la construction de bureaux et d’un dépôt.
Après consultation de trois architectes, le Syndicat décide de confier à  Alain MARTY  le soin de présenter un projet de bâtiment administratif et de service.
Le Lot N°1 d'Amenagement sera conservé et effectué par le SIEF afin de réduire les coûts.

Suite à la mise en disponibilité de Melle MINATI pour un an, Mr OLIVEIRA Mathieu est embauché à temps complet en 2008 pour la reprise du poste.

En 2008, Monsieur Alain Savignac(ancien vice-président)  est élu Président du Syndicat et Mr CAYLA fera valoir ses droits à la retraite.
Melle MINATI réintègre le SIEF en remplacement de Mr CAYLA qui décède peu après.

En 2009, deux agents supplémentaires en CDD sont embauchés.
Mr CHAUDIERES J-Michel secondera Mr OLIVEIRA dans l’élaboration du diagnostic d'assainissement non-collectif afin de finaliser l'ensemble pour 2012.
Mr PRADEL Xavier rejoindra l'équipe de fontainier suite à l'accroissement de travail autant administratif que technique.

       En 2009, le SIEF démenage dans ses nouveaux locaux et vend son bâtiment technique de Montsalés à la commune en 2010

Fin 2009, le SIEF déménage dans ses nouveaux locaux et vend son bâtiment technique de Montsalés à la commune en 2010.

Certaines contraintes retardent la mise en place des périmètres de protection.
Une nouvelle campagne d' essai de pompage est réalisé avec le cabinet GINGER Environnement afin de quantifier les capacités du champ captant en étiage. Rapport Ginger

La préfecture demande au SIEF de s'interconnecter avec la ville de Capdenac-Gare pour palier au problème d'étiage et d'abandonné tout système de réalimentation de la nappe pour 2011.

Un nouveau comité de pilotage départemental est créé fin 2010 pour relancer le projet d'une ressource départementale à hauteur de 5 000 000 m3/ an.
Le projet SMIFEL (Syndicat MIxte de Fourniture d'Eau du Levezou) est lancé.

2011, Mr PRADEL, et Mr CHAUDIERES quittent le SIEF et  Melle MINATI part en indisponibilité pendant 2 ans.
Mr VERGNES est embauché en remplacement.

2012,Un dossier minute DUP est déposé en juillet pour l'avancée du périmètre de protection.

Mme GRATUZE Nelly rejoins l'équipe du SIEF en doublons avec la secrétaire Mme ISSALIS qui fera valoir ses droits à la retraite Fin 2012.

2013,L'interconnexion avec la ville de Capdenac-Gare devient effective en 2013.
Le SIEF  renforce son feeder sur 2012-2013 et, après avoir engagé des travaux en partenariat avec les communes réalisant un réseau d'assainissement collectif, obtient un rendement de réseau supérieur à 70%.
L'Agence de l'Eau Adour-Garonne et le SPANC de Foissac lancent et réalisent un projet de réhabilitation de quarante assainissements non-collectifs avant changement des critères d'attribution fin 2013.
Le projet est fixé sur les communes du SIEF jouxtant la Diége pour renforcer la qualité de l'eau.

2014, la procédure d’enquête publique pour la mise en place des périmètres de protection est lancée, puis annulée pour vice de procédure.
Un partenariat entre l'ADRA et le SIEF est signé pour un projet pilote de récupération des eaux de pluie subventionné par l'Agence de l'Eau Adour-Garonne. (AEAG)
Mr SAVIGNAC Alain renouvelle son mandat pour 6ans.

Mme GRATUZE Nelly, après 2 ans, obtient un poste à la mairie de Villefranche de Rouergue et demande sa  mutation au premier Novembre.

Mme BRAS Valérie est recruté en doublon au premier Octobre.

En 2015, un avant projet de rationalisation du réseau et de sectorisation est à l'étude par le Directeur afin de pérenniser le rendement. Les communes du SIEF finalisent leurs rattachement à une communauté de commune.

Des projets de réfections d'ANC en partenariat avec l'AEAG  se concrétise. Il est procédé à l'installation de nouveaux logiciels pour la gestion efficace des dossiers des abonnés.

Le règlement du SIEF refait peau-neuve après 15 ans.

En 2016, le dossier de DUP est remis à jour et l'enquête publique est lancée.

En 2017, après moult rebondissement, le périmètre de protection du SIEF se concrétise par arrêté préfectoral. La commune de Peyrusse le Roc sollicite sont intégration au sein de la collectivité.

Le réservoir sur tour du Teil est réhabilité. Le projet de Sectorisation et de Rationalisation voit le jour, l'étude patrimoniale est lancée.

En 2018, l'AEAG et le CD12 sont sollicités pour accompagner le SIEF dans les divers travaux. A l'issue de leurs réponses positives, le SIEF engage les procédures de marché public pour la sécurisation du périmètre de protection et la sectorisation.

En 2019,  la station de pompage est remise aux normes, la sectorisation et la rationalisation du réseau se termine.

Le système de télésurveillance, installé depuis les années 90 et fonctionnant par minitel, est remplacé par un un système de télégestion en temps réel par données internet GSM.

En plus des réservoirs, chaque compteur de sectorisation remonte les informations journalières au poste central pour une recherche de fuite plus efficace.

Fin 2019, suite à la loi NOTRe, le SIEF est transformé en Syndicat Mixte à la carte suite à la représentation substitution des communes membres pour la carte SPANC par les communautés de communes de Ouest Aveyron Communauté et Grand Figeac.


RÉALISATION DES GRANDS TRAVAUX

Le 4 juin 1963, il est décidé que les tranches 1 – 2 – 3 permettent l’équipement du puits, la conduite d’eau jusqu’à la station de pompage de St-Julien d’Empare, le refoulement sur le château d’eau du Teil (pompe de 45 m3/h) et la desserte de SALVAGNAC-ST-LOUP, GELLE et FOISSAC.

L’eau a coulé chez les habitants au cours de l’été 1965.
La 4ème tranche de travaux assure la desserte de LOUPIAC et la poursuite des travaux antenne desservant les chefs-lieux : MONTSALES, OLS, LA CAPELLE-BALAGUIER, SAINTE-CROIX jusqu’au réservoir de BALARD. 

Les 5 – 6 – 7ème tranches sont affectées à la poursuite de la desserte des écarts. En 1967, la 8ème tranche est affectée à VERNET-le-BAS et amorce du maillage de Balard à Asplos.
En 1968, le Service du Génie Rural est nommé conseiller technique du Syndicat

En 1969 – les 9 et 10ème tranches terminent la boucle vers Asplos, amorcent l’antenne vers AMBEYRAC et SAUJAC et celle en direction de SALVAGNAC-CAJARC.

En 1970-1971 – 11ème et 12ème tranches de travaux.

En 1972 – 13ème et 14ème tranches : construction deuxième cuve à Balard.

En 1973, une dotation spéciale aux communes fusionnées Loupiac-Salvagnac-st-Loup permet le financement de la 14ème tranche.
           
En raison de la baisse du niveau dans le puits au cours de l’été 1972, il est procédé à mise en place d’une conduite d’interconnexion avec le Syndicat de MONTBAZENS reliant le réservoir du Fraysse, commune  de Maleville  et le  réservoir de Balard. Un contrat est passé pour la fourniture journalière de 460 m3 d’eau par le Syndicat de MONTBAZENS.
 
La commune de CAPDENAC demande au SIAEP d’assurer la desserte de Lagarrigue et le Malpas.
En 1974 – Renforcement de la station de pompage par l’installation de deux pompes de 65 m3 heure et renouvellement de la pompe du puits.
En 1976, la 22ème tranche de travaux permet de financer presque tous les écarts ; des travaux de renforcement sont demandés pour permettre la construction de nouvelles maisons.
En 1977, il est décidé la construction d’une troisième cuve de 500 m3 à Balard. Une demande spéciale est faite au Ministre de l’Agriculture Jacques CHIRAC, en visite dans l’Aveyron. Cette 24ème tranche permettra d’assurer la desserte des derniers écarts.
En 1980, la 28ème tranche de travaux finance les essais de débit au puits, le raccordement de la 3ème cuve de Balard à la conduite de Ø150 à Sainte-Croix, l’équipement de la 3ème cuve. Le reliquat sert à  la construction d’un réservoir enterré de 750 m3 au pied du château d’eau du Teil.
En 1982, suite à la demande d’adhésion du Bourg de SALVAGNAC-CAJARC, il est décidé en 1982 la construction d’un réservoir de 300 m3 au Causse de Salvagnac-Cajarc.
En 1985, a lieu le  premier remplacement de 300 m de conduite fonte à Cassanus  sur la Commune de CAUSSE ET DIEGE.
En 1986, une campagne de recherche d’eau est entreprise sur le Causse de VILLENEUVE, le Rey à VILLENEUVE, la Jardinie à NAUSSAC et le Fil de Laine à CLAUNHAC.

En 1987, après un compte rendu  par le B.R.G.M., la recherche d’eau  s’avérant négative, il est décidé une étude hydrogéologique de la nappe phréatique  entre la Diège et le Lot.

La réalisation de deux forages en période estivale : leur équipement et la pose d’une conduite de refoulement jusqu’à la Station de pompage permet l’équipement d’une pompe de 110 m3/heure, qui assure encore en 2008 la confortation de la ressource du Syndicat.
En 1988,  sur proposition de Monsieur ALDANONDO, ingénieur du Génie Rural, sont posés sur les conduites principales,  des compteurs généraux assurant un meilleur diagnostic du réseau.
Cette même année,  est décidée la mise en place du périmètre de protection.
En 1990, il sera mis en place  une réalimentation provisoire autour du puits principal.
En 1991, deux bassins d’infiltration sont construits auprès du forage F3.
En 1995, à la demande de la commune d’AMBEYRAC, la desserte de l’atelier relais CEPIERE est réalisée depuis MONTSALES, la conduite est propriété du Syndicat, un  compteur est posé à l’entrée de la propriété.
Pour le franc symbolique, un terrain est acheté à la Commune de MONTSALES au lieu-dit «Moa » pour la construction d’un local dépôt de matériel.
En 2002, une étude de faisabilité de renforcement de la ressource est confiée au bureau d’études BURGEAP.
Un accord est donné pour avant-projet :
            1) amélioration de la qualité de l’eau par la mise en place d’une unité de traitement au bioxyde de chlore à la Station de St-Julien d’Empare
            2) réfection de la chambre des vannes aux réservoirs de Balard et équipement d’échelles inox.
En septembre 2004, en raison des fuites occasionnées par la détérioration des joints du réseau amiante entre Salles-Courbatiers et Marinesque, il est décidé de construire une conduite parallèle.
En juin 2005, est mise en place la conduite enterrée de refoulement pour la réalimentation de la Diège. La pompe immergée est fournie et installée par l’entreprise VGS de Saint-Céré, les tuyaux par POINT P Travaux Publics de Rodez, les travaux de pose sont réalisés par le personnel du Syndicat.
En novembre 2005, pour permettre l’alimentation des abonnés de SALLES-COURBATIERS et palier aux problèmes ponctuels de la turbidité de l’eau de la source de la Diège, il est décidé de la mise en place d’une conduite entre le Saraillas et le réservoir de Salles-Courbatiers, et la pose d’un turbidimètre.

En 2009, afin de reduire le nombre de surpresseur sur la commune de Salles-Courbatiers, et au vu de l'interconnexion avec le reseau du SIEF, le syndicat modifie le reseau de Salles-Courbatiers.

En 2010, le cabinet Ginger Environnement rend son étude sur le champ captant. Rapport Ginger

En 2011, suite à une réunion en sous-préfecture, le SIEF doit s'interconnecter avec la commune de Capdenac qui souhaite porter l'ensemble du projet lui permettant ainsi de gérer les travaux lui incombant.

En 2012, les travaux sur la conduite de refoulement (Feeder) de Capdenac-Gare au réservoir du Teil se concrétisent et l'interconnexion se finalise.

En 2015, un avant projet de rationalisation du réseau et de sectorisation est à l'étude par le Directeur afin de pérenniser le rendement.

En 2016, il est décidé de l'instauration de compteur à relève automatique et d'équipement du parc sur 5 ans. Le coût est estimé à 30 000€ /ans

En 2017, le réservoir sur tour du Teil est réhabilité pour une meilleure étanchéité avec reprise du génie civil et des canalisations.

En 2018,  le SIEF engage les procédures de marché public pour la sécurisation du périmètre de protection et la sectorisation.

En 2019, suite à une avarie importante sur la station de pompage, celle-ci est remise aux normes.

Les travaux du périmètre de protection se finalise conformément aux prescription de l’arrêté préfectoral.

La sectorisation et la rationalisation du réseau se termine. Il est procédé à l'instauration de nouveaux compteurs (61 au total en plus des 46 installés).

Le système de télésurveillance, installé depuis les années 90 et fonctionnant par minitel, est remplacé par un un système de télégestion en temps réel par données internet GSM.

En plus des réservoirs, chaque compteur de sectorisation remonte les informations journalières au poste central pour une recherche de fuite plus efficace.

En 2020,  

Depuis 1995, les travaux d’équipements ont été autofinancés par le Syndicat.


Le réseau du Syndicat comporte à ce jour plus de 400 kms de conduites dites principales.(>32mm)
           
Retour page d'accueil